Contact

D’abord célèbre pour son moteur de recherche, Google est également connu pour développer ou prendre part à des projets de nouvelles technologies plus ou moins secrets, qui peuvent paraître dingues, ou que l’on a toujours imaginé dans un monde futuriste. Un brevet déposé par Zee.Aero, un partenaire de Google, parle de l’existence d’un projet de voiture volante chez Google. Déjà auteur de la « voiture sans conducteur » permettant de jouer au poker sur son mobile en conduisant, le géant américain aurait intégré la création d’un véhicule motorisé capable de décoller sur sa feuille de route.

Selon le brevet repéré par SFGate, l’« aéronef personnel »serait équipé de huit hélices, situées au-dessus du cockpit, qui lui permettrait un décollage vertical et un vol comme les avions, mais aussi de deux hélices à l’arrière de l’appareil pour manoeuvrer. Ressemblant à un hélicoptère dans sa conception, la voiture volante de Google n’en serait encore qu’au stade de projet.

Toujours est-il que selon LinkedIn, l’entreprise Zee.Aero compte actuellement 52 employés dont essentiellement des profils techniques. D’après les informations de SFGate, Zee.Aero chercherait à recruter pas moins de 11 techniciens, notamment en ingénierie mécanique et aéronautique, preuve que l’entreprise travaille bien sur un projet.

Le concept intéressera sans doute non seulement les passionnés d’aéronautique et de science fiction, mais aussi de simples mortels. Rappelons néanmoins que plusieurs modèles de voiture volante existent déjà et sont parfaitement fonctionnels.

Les photos du véhicule ont été prises à Mountain View, près des locaux de ZeeAero. La start-up, créée en 2010, est dirigée par Ilan Kroo, professeur d’aéronautique à Stanford. Le voisinage des locaux de ZeeAero avec ceux de Google entraîne des spéculations sur un lien entre les deux sociétés. Intéressé par le secteur automobile, Google pourrait avoir décidé de financer une société pour développer une nouvelle technologie qui deviendra peut-être un jour un standard. Cependant Ilan Kroo dément toute affiliation : « La société est en early stage et nous ne parlons pas encore de nos projets », a commenté le professeur.

Dernièrement, on avait découvert au travers d’un brevet déposé par Motorola l’existence d’un projet de tatouage temporaire équipé d’un microphone qui peut servir de détecteur de mensonges. Le brevet décrit un tatouage qui se colle sur la peau et que l’on peut relier à un terminal mobile. En effet, le tatouage est équipé d’un microphone et permet donc d’enregistrer les paroles de son porteur ainsi que de l’entourage de celui-ci. Mais la nouveauté principale est que le tatouage serait également équipé de capteurs d’activité électrodermale, un terme bien compliqué qui signifie en fait une chose très simple : le tatouage serait capable de reconnaître les moments où le porteur est nerveux… et par conséquent quand il ment, puisque c’est le principe utilisé par les détecteurs de mensonges d’aujourd’hui.

Après les téléphones, les lunettes, les t-shirts connectés et les tatouages intelligents, va-t-on vers des voitures volantes? Célèbre pour ses projets « moonshots » sortant de l’ordinaire, l’entreprise de Mountain View nous a habitués à nous surprendre avec des projets qui semblent tout droit sortis d’un film de science-fiction. En effet, il y a quelques mois, le géant américain a déclaré son intention de proposer aux habitants des contrées reculées un accès à Internet en mettant à leur disposition des ballons sondes faisant office de relais.

PARTAGER :

Intéressée par les inventions novatrices - non seulement sur le Web - j'aime parler des nouvelles technologies et vous montrer ma vision des choses dans le monde de la technologie.


Contenus sur le même sujet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *