займ без процентов

Utiliser Tinder pour retrouver des voleurs, c’est possible

Tinder

On ne compte plus les nombreux cas de délinquants qui se sont faits épingler par la police sur les réseaux sociaux… Via Facebook principalement, dont les profils de suspects sont régulièrement surveillés par les forces de l’ordre. Mais cette fois-ci, un nouveau cas venant tout droit des Etats-unis sort un peu des clou, puisque notre principal intéressé s’est fait prendre sur… Tinder !

Mais Tinder, c’est pas une application pour choper, ça ?

Hé bien normalement, c’est ça grosso-modo le but. Sauf que pour le coup, c’est plutôt notre voleur qui s’est fait choper dans cette histoire… David Petersen, gérant de StartUp à San Francisco baptisée BuildZoom, après s’être fait cambrioler ses bureaux pour 30 000$ de matériel, a déposé une plainte auprès de la police. Jusque là, tout est normal et une enquête a été ouverte. Sauf que plusieurs semaines après, les inspecteurs n’ont toujours pas mis la main sur le voleur. C’est là que notre dirigeant va décider de prendre les choses en mains…

Pour ça, pas question de se faire justice soit même non plus ! Son idée ? Exploiter la puissance et la viralité des réseaux sociaux. Après avoir récupéré la vidéo du cambriolage et réussi à extraire une photo potable de la voleuse (car oui, c’était une femme), la diffusion de l’annonce commence, avec récompense de 5000$ à la clé, histoire d’intéresser la population.

La hic, c’est que les médias sociaux traditionnels ne relaient pas l’information si bien que ça et Petersen n’a aucun retour. Ni Facebook, ni Twitter, ni même le blog de BuildZoom ne portent leurs fruits… Mais une idée qui frôle le génie va effleurer notre gérant: utiliser un réseau social qui buzz en ce moment et qui exploite la proximité entre ses utilisateurs pour rechercher la coupable. En l’occurrence: Tinder.

Un profil Tinder pour un voleur ?C’est parti, Petersen tente sa chance et rédige un faux profil en y téléchargeant la photo du voleur ci-contre. Le texte suivant y est associé en guise de descriptif:

Je cambriole des bureaux dans San Francisco, 5000$ de récompense pour qui m’identifiera

Toute est dit. Une adresse email de contact est laissée sur le profil pour les intéressés. Il n’aura fallu que deux jours suite à la création du profil sur Tinder avant que David Petersen ne reçoive un mail contenant une photo de la voleuse et son nom. Immédiatement, les informations sont transmises à la police et la voleuse s’est faite arrêter dans la foulée. La source de l’information a aujourd’hui bien reçu sa récompense et BuildZoom a été dédommagé pour le matériel volé. Bien joué !

Peut-être que ce cas isolé ouvrira la voie à d’autres usages sur Tinder…Et si la police se mettait sur Tinder maintenant, avec de faux profils ? Pour les plus curieux d’entre vous, je vous ai récupéré la vidéo du cambriolage de BuildZoom:

A propos de l'auteur

"Co-fondateur de WebZeen et consultant en Digital Commerce, je suis avant tout un passionné du Web et nouvelles technologies. Ultra-connecté, un peu Geek et toujours à l'affût de l'actu Digitale, je partage News et réflexions personnelles sur WebZeen à mes heures perdues."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *