займ без процентов

Signaler un radar sur Facebook peut vous coûter votre permis

Mauvaise idée de signaler des radars sur Facebook

J’accuse ! La décision de justice vient d’être rendue pour ces 15 internautes accusés d’avoir signalé l’emplacement de radars de vitesse sur Facebook. Jugés coupables, il écopent chacun d’une suspension de permis de conduire pour une durée d’un mois…

C’est le premier cas de justice du genre qui est autant médiatisé. La loi l’affirme: il est interdit de balancer les positions des radars sur les réseaux sociaux, ni même de créer des groupes dans ce but. Et comme chacun le sait, nul ne peut contester la loi. Toutefois, dans les 15 personnes jugées, 8 l’étaient pour « outrage à agent » en raison d’insultes rédigées envers les forces de l’ordre. Pour ces derniers, une relaxe a été prononcée. Apparemment, on peut donc insulter sans conséquence des policiers sur Facebook. Mais c’est à vos risques et périls 😀

Pour les autres, ceux qui ont effectivement signalé les radars, c’est une autre histoire… Le groupe en question avait pour objectif de divulguer en temps réel les positions des radars (mobiles, la plupart du temps) dans le département de l’Aveyron. Selon le tribunal de Rodez, cela constitue une «soustraction à la constatation des infractions routières».

Tu parles… Avec plus de 10 000 automobilistes adhérents au groupe, ils ont dû voir une baisse des infractions dans l’Aveyron… Bon toujours est-il qu’il vaudra mieux vous abstenir à l’avenir de balancer les radars sur les réseaux sociaux, qu’il s’agisse de radars fixes, mobiles, embarqués, voitures banalisées, … Une pratique bien répandue en France !

Bon par contre, les autres avertisseurs comme les Coyotes ou autres eux, fonctionnent et sont bel et bien tolérés 😉

A propos de l'auteur

"Co-fondateur de WebZeen et consultant en Digital Commerce, je suis avant tout un passionné du Web et nouvelles technologies. Ultra-connecté, un peu Geek et toujours à l'affût de l'actu Digitale, je partage News et réflexions personnelles sur WebZeen à mes heures perdues."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *