займ без процентов

Les internautes ont-ils trop de pouvoir sur la toile ?

Quel influence ont les internautes et Google sur internet ?

Qui de l’internaute ou de Google a favorisé ce phénomène ? C’est un questionnement semblable à l’éternelle interrogation de l’œuf et de la poule. Google, dans sa quête de la qualité en vue de l’expérience utilisateur, accorde une importance croissante à Monsieur-Tout-Le-Monde qui, de derrière son écran, fait la pluie et le beau temps.

Les marques descendent de leur piédestal à la rencontre des internautes

Pour soigner la relation avec l’internaute consommateur, les marques ont bien compris qu’il fallait caresser les internautes dans le sens du poil. Elles ne sont plus semblables aux Dieux de l’Olympe (exceptées les marques de luxe, on ne se refait pas) et descendent voir le peuple pour lui montrer que son avis les intéresse tout autant que leur satisfaction. Une mutation du bouche à oreille à l’heure du web 3.0.

Qui aujourd’hui ne consulte pas les avis sur Internet avant de payer ou réserver quelque chose ? La réputation des marques est soumise à la subjectivité des internautes tout puissants on ne peut plus heureux de pouvoir parler de leur expérience. Eh oui, le web social qui repose sur la collaboration et la création de contenu par tous a aussi ses limites du point de vue des enseignes et des marques.

Les marques ont intégré l’importance d’être présentes sur les réseaux sociaux tout autant que de publier du contenu de qualité régulièrement (textes, vidéos, tests, jeux concours, etc.), sans quoi, elles signeraient leur arrêt de mort.

Pour garder leurs clients et toucher de nouveaux prospects, soigner l’expérience du consommateur avant et après l’achat est devenu une priorité.

Les référenceurs doivent s’adapter aux exigences des internautes

Les professionnels SEO sont face à une réalité qui n’est pas prête de s’inverser : les internautes sont acteurs du référencement.

Un contenu ne se rédige plus pour Google mais pour satisfaire au maximum les attentes du lecteur. S’il trouve le contenu en accord avec sa recherche ou intéressant, il en parlera, le partagera, et montrera son approbation ce qui favorise le trafic sur un site – bien que Matt Cutts ne reconnaisse toujours pas à ce jour l’impact des réseaux sociaux sur le classement dans les SERPs.

De même, la navigation et l’ergonomie d’un site internet font partie intégrante de la stratégie digitale. A l’heure actuelle, un site qui ne passe pas sur les Smartphones, qui n’est pas « mobile friendly », signe presque son arrêt de mort avec le développement de la navigation mobile et l’extension des forfaits mobiles internet (4G).

Si on suit la logique selon laquelle l’internaute devrait pouvoir être 100 % satisfait de sa visite, il y a un certain nombre de bons réflexes à adopter :

• Insérer des images et des vidéos
• Intégrer des rich snippets
• Avoir une rédaction web au top et utiliser un champ lexical riche
• Offrir de la qualité, évidemment
• Mettre des boutons réseaux sociaux et le module «Facebook connect »
• Enrichir les blogs et les réseaux sociaux

A l’heure actuelle, la triade du web se compose sans aucun doute de Google, des internautes et des référenceurs. A eux trois, ils font le web dans une relation d’interdépendance mais une chose est certaine, les internautes ne seront pas ceux dont le rôle va s’amenuiser dans les années à venir…

A propos de l'auteur

Passionné par le référencement naturel et social, et surtout motivé par les défis, j'accompagne les entreprises dans leur stratégie de visibilité sur les moteurs de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *