займ без процентов

Comment utiliser l’algorithme Colibri de Google dans son référencement ?

Google Hummingbird en référencement naturel

En septembre 2013, Google a annoncé l’existence de son nouvel algorithme Colibri (ou Hummingbird) destiné à améliorer l’expérience utilisateur. Comment ? En fournissant des réponses plus pertinentes dans les résultats de recherche à partir de l’analyse de requêtes conversationnelles, c’est-à-dire de phrases interrogatives précises. Comment fonctionne cet algorithme et quelles actions faut-il mettre en place ?

Quelles sont les caractéristiques de Colibri ?

Colibri permet à Google d’affirmer davantage son engagement pour un web de qualité. Le tri dans les résultats est plus précis grâce à l’analyse de l’intention de l’internaute et permet de proposer une réponse toujours plus adaptée.

Il existe 3 types d’intentions :

  • Information : quel âge à Madonna ?
  • Navigation : quel est le site officiel de la défense des animaux ?
  • Transaction : où se trouve le Planète Sushi le plus proche ?

L’algorithme reformule la requête en une question courte en supprimant les termes inutiles et en faisant une recherche enrichie par l’utilisation des synonymes. Ensuite, il regroupe tous les résultats correspondant au concept identifié puis classe les résultats en fonction de leur pertinence.

Colibri : un véritable progrès ?

Par l’analyse des requêtes conversationnelles, autrement dit des questions que l’on pourrait poser à quelqu’un au cours d’une conversation, Google Colibri montre qu’il a intégré l’utilisation de la commande vocale à son fonctionnement. Il s’adapte donc aux nouveaux usages, et notamment au niveau d’exigences des internautes qui entendent trouver un maximum d’informations pertinentes.

Si Colibri est plus précis, il montre néanmoins des limites qui peuvent interroger sa légitimité. En effet, lorsque l’algorithme Hummingbird ne trouve de résultats satisfaisants à la requête, c’est l’ancien algorithme de co-occurrence qui fonctionne par défaut.

L’une des originalités du petit oiseau est de faire figurer les termes manquants, c’est-à-dire exclus de la recherche par l’algorithme. Lorsque cela se produit, on peut voir le mot clé barré sous le résultat de recherche. Là où le bât blesse, c’est qu’il n’intervient que lorsque le mot clé n’a rien à voir avec le reste de la requête. Alors, Colibri était-il vraiment indispensable ?

Comment intégrer Colibri à sa stratégie de référencement naturel ?

Colibri ne touche pas uniquement à l’affichage des résultats dans le moteur de recherche. En effet, c’est la façon de faire du référencement qui est directement impactée et donc les techniques de référencement par la même occasion.

En pratique, Colibri classe les pages et les sites en fonction du thème global qu’il identifie, de la qualité du contenu, et des critères on site et off site. Du coup, ce sont les sites généralistes, dont le thème n’est pas clair, qui vont avoir du mal à bien se positionner.

Quelques bonnes pratiques à mettre en place pour faciliter la compréhension de votre site par Colibri :

  • Faire une rédaction de qualité : travailler un champ lexical plutôt que des mots clés, utiliser les synonymes
  • Avoir un bon profil de liens (même thématiques ou en rapport direct avec le site)
  • Intégrer des rich snippets comme les étoiles pour permettre à l’utilisateur de voir des avis et commentaires
  • Mettre à jour les profils Google+ et Google+ Local
  • Etre présent et actif sur les réseaux sociaux (levier de trafic et de référencement)
  • Utiliser la co-citation : citer votre marque à côté de celle des concurrents

Si au début, l’algorithme Colibri n’a pas fait de révolution, ce sont les mois de recul qui permettent de mesure l’impact réel, et non des moindres, qu’il a sur le référencement. Pour rester dans la course, il faut s’adapter à lui et en tirer profit ou bien s’attendre à reculer dans les SERPs.

A propos de l'auteur

Passionné par le référencement naturel et social, et surtout motivé par les défis, j'accompagne les entreprises dans leur stratégie de visibilité sur les moteurs de recherche.

10 commentaires


  • commenter

    Rien de bien nouveau en somme. Il faut être dans une démarche ultra-qualitative, quantitative et surtout sémantique. Le temps nous donnera raison.

    Google+ et Google+ Local ? Tu voulais dire Google My Business 🙂

    Merci pour l’article !

    Jessy Grossi 24 juin 2014 Répondre


    • commenter

      Yes , c’est Google My Business 😉
      Merci pour ton commentaire !

      Bastien 24 juin 2014 Répondre


  • commenter

    On revient toujours à la meme conclusion : rédiger pour les lecteurs, pas les moteurs, le contenu est ROI.
    Merci pour ces amples renseignements sur l’algo colibri.
    Google adore les animaux, il nomme tous ces algorithme avec.

    immobilier taroudant 24 juin 2014 Répondre


  • commenter

    merci pour ce bon billet et les derniers 6 conseils que j’utilise souvent.

    désert 4x4 maroc 24 juin 2014 Répondre


  • commenter

    Colibri se positionne essentiellement sur des requêtes de type question. Peu-on parler de longue traîne ? Hé bien pas vraiment. Tout cela dépend bien sûr du thème abordé. Je suis d’accord avec le fait de travailler un champ lexical plutôt que des mots clés. Pour la partie contenu, il faut je pense, rester très informatif et donner un maximum de données pour pouvoir espérer être positionné dans de telles requêtes.

    Stéphane 24 juin 2014 Répondre


  • commenter

    Idéalement, pour faire inclure google hummingbird dans ses stratégies de seo, il est indispensable de fixer à l’avance les questions les plus utiles et pertinentes qui vont faire en sorte, structurer votre contenu, avant même de le rédiger .. Cela demande qu on s y mettent à la place de l’internaute, imaginer qu on y aborderons une discussion sur le sujet choisi et s attendre à des questions qu il pourrait poser .. Après quoi reste le travail de rédaction précise, puis l’optimisation seo, on et off site et je pense ainsi on pourrait respecter cette animal rapide et précis ..

    Web First Rank 28 juin 2014 Répondre


  • commenter

    J’ai pris la peine de lire & commenter, et j’ai pas eu droit a mon bl. dommage !
    Vous prenez et pas donner.

    désert 4x4 maroc 12 juillet 2014 Répondre


    • commenter

      Bonjour, nous publions les backlinks uniquement lorsque ceux-ci sont pertinents et en rapport avec notre thématique. Vous comprendrez que le fait d’être en DoFollow nous impose d’être sélectifs 😉

      Bastien 23 juillet 2014 Répondre


  • commenter

    Intéressant comme article

    chirurgie tunisie 22 septembre 2016 Répondre


  • commenter

    Le contenu reste toujours le roi et la clé pour attirer les visiteurs et augmenter donc le trafic vers votre site !

    Agence de rédaction web offshore 4 décembre 2017 Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *