Vente-privee.com aux USA : l’heure du bilan

Chiffres de vente privee aux USA

Voilà quelques mois que le célèbre site français de ventes évènementielles créé en 2001 par Jacques-Antoine Granjon est arrivé aux Etats-Unis. Depuis le 9 novembre 2011, le site a-t-il réalisé outre Atlantique les résultats attendus par ses investisseurs ?

Et bien, les chiffres parlent d’eux même et la réponse est non. Malgré les 40 millions d’investissement et l’embauche de 90 personnes pour gérer le site et toute sa logistique aux Etats-Unis, les ventes ne décollent pas. La veille de l’ouverture du site, ce dernier comptait déjà 70 000 clients dans les starting blocks mais cela n’a pas suffit, et pour cause, aujourd’hui le nombre d’inscrits sur le site stagne ainsi que le chiffre d’affaires.

Pourtant, l’aventure avait bien commencé, car début janvier, vente-privée USA annonçait déjà plus de 2 millions de chiffre d’affaires en à peine deux mois d’activité. Une joint venture avec American Express, leur a permis d’obtenir un fichier client contenant 42 millions d’adresses mais surtout le prestige d’être associé à une marque déjà bien encrée dans l’esprit des consommateurs américains mais surtout très appréciée pour sa qualité de service. A cela, il faut ajouter les nombreux avantages que les clients ont à payer sur le site avec leur carte American Express (achat de cartes cadeaux, bons de réductions, …)

Mais malgré tout ce qui a été mis en place pour que le lancement du site soit une véritable réussite,  les résultats ne sont pas encore à la hauteur des espérances.  Plusieurs raisons sont à l’origine de ce semi échec. Tout d’abord, à force de vouloir absolument reproduire le modèle européen, vente-privée USA a oublié que les marques appréciées par les américains n’étaient pas exactement les mêmes. En effet, on retrouve très peu de marques américaines telle que Ralph Lauren, pour ne citer qu’elle. Mais surtout, il ne faut pas oublier qu’il existe déjà un concurrent bien installé sur le marché des ventes évènementielles et n°1 aux Etats-Unis : gilt.com

Le concurrent Gilt a d’ailleurs signé, pour se protéger de la concurrence (et il a eu raison), des contrats d’exclusivité de distribution sur le web avec les marques qu’il commercialise. Ces contrats courants jusqu’à la fin de l’année,  il est clair qu’en attendant, Vente-privée USA ne pourra obtenir de contrat avec les principales marques du marché et se voit donc contraint d’attendre afin de lancer à son tour les négociations.

Le sort de vente-privée USA n’est pas encore figé et on peut donc s’attendre à un véritable retournement de situation dans les mois à venir. Le site réussira-t-il à atteindre les objectifs qu’il s’était fixés, à savoir les 500 millions de chiffre d’affaires d’ici 5 ans ? L’avenir nous le dira …

A propos de l'auteur

Etudiante en Marketing direct et e-commerce, passionnée par l'actualité des NTIC et du web marketing mais surtout désireuse d'en apprendre chaque jour davantage, je vous laisse découvrir le reste de mes passions à travers mes articles ... Bonne lecture à vous.

1 commentaire


  • commenter

    Salut Julia,

    Merci pour cet article qui a l’ai intéressant… mais qui ne cite pas ses sources. Avez-vous des chiffres concrets qui permettraient d’étayer vos affirmations? Synthétisez-vous des analyses formulées par d’autres?

    Merci pour votre réponse,

    B.

    Bankevin 19 septembre 2012 Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *