WebZeen

E-Commerce – Les livres vendus sur internet devront être plus chers qu’en magasin

E-Commerce – Les livres vendus sur internet devront être plus chers qu’en magasin

Ce Jeudi 03 Octobre, les députés Français ont adopté une loi s’appliquant à la vente de livres en ligne. L’objectif de cette loi ? Remettre un juste équilibre entre les mastodontes de la vente en ligne tels qu’Amazon ou encore la FNAC et les petites librairies physiques.

Cette loi que vous pourrez retrouver sur le site de l’Assemblée Nationale doit encore être adoptée par le Sénat avant d’être définitivement adoptée.

Je vous passe la première partie de cette loi qui concerne moins cet article pour passer directement à quelques extraits très intéressants… Le premier extrait se trouve ci-dessous :

En limitant la vente avec primes à la seule initiative des éditeurs et des importateurs, et en imposant le respect par tous les libraires d’un prix du livre fixé par l’éditeur ou l’importateur, la loi de 1981 interdisait ainsi la concurrence entre détaillants sur d’autres critères que la qualité du service proposé à l’acheteur.

Or, conjuguée avec l’application systématique du rabais de 5 % que permet la loi, la pratique systématique de la livraison gratuite par certains opérateurs fragilise aujourd’hui cet équilibre. Il s’agit en effet d’une prestation supplémentaire que tous les détaillants ne peuvent pas se permettre d’offrir gracieusement aux lecteurs. Le consommateur perçoit alors le recours aux opérateurs pratiquant gratuitement cette prestation comme économiquement plus avantageux, ce qui introduit une incohérence avec la notion de prix unique.

Dans cette partie, nous pouvons voir que l’objectif de cette loi est d’empêcher le cumul du rabais de 5% légalement autorisé sur le livre et de la livraison offerte pour l’acheteur.

Ainsi, cette loi vise à rétablir la notion de prix unique qui semblait ne plus être pratiquée puisque l’acheteur percevait la livraison gratuite comme une prestation supplémentaire autour du livre. Or, étant donné que les petits libraires ne peuvent se permettre d’offrir les frais de livraison à leurs clients, c’était devenu un avantage pour de grandes enseignes comme Amazon ou encore la FNAC.

Ci-dessous, vous trouverez un second passage de cette loi que j’ai trouvé intéressant :

Le présent amendement impose au détaillant le strict respect du prix du livre fixé par l’éditeur ou l’importateur dans le cas d’expédition, sous réserve que le retrait de livre ne se fasse pas en magasin, tout en lui permettant de pratiquer une décote à hauteur de 5 % de ce prix sur le montant des tarifs de prestation de livraison qu’il établit vis-à-vis de ses clients.

Dans ce second passage, nous pouvons comprendre que cette loi imposera l’application du tarif éditeur sur les livres vendus par des sites e-commerce et expédiés à leurs clients. De plus, il est à noter que les sites auront le droit de pratiquer une remise de 5% sur le montant des frais de port.

En revanche, dans le cas d’un achat en ligne suivi d’un retrait en magasin, les acheteurs pourront bénéficier d’une remise de 5% et de la livraison offerte en magasin.

C’est la raison pour laquelle il est proposé de retenir la rédaction du présent amendement qui se concentre sur la fin du cumul de deux avantages, celui du rabais de 5 % sur le prix du livre et la gratuité des frais de port

A la lecture de ce passage, je comprends qu’il sera désormais interdit pour les acteurs de vente à distance, de vendre un livre en proposant à la fois la remise de 5% et les frais de port offerts. Tout ceci, dans le but de ne pas pénaliser les plus petits libraires présents sur le marché du livre.

Alors que penser de cette nouvelle loi ? Personnellement, je pense que cette loi est une erreur et qu’elle ne permettra absolument pas de venir rétablir un quelconque équilibre entre des entreprises telles qu’Amazon et les petites librairies ayant pignon sur rue et ce, pour plusieurs raisons.

La première nous est donnée directement dans l’extrait de loi suivant :

Le coût de livraison est en réalité très variable selon la puissance économique du détaillant qui, selon sa taille, peut négocier des tarifs très différents avec les entreprises chargées de la livraison.

Ainsi, cette loi impose le fait de faire payer les frais de port par le consommateur. Très bien, sauf que l’extrait ci-dessus mentionne clairement le fait qu’Amazon ou la FNAC bénéficient de tarifs plus intéressants sur les frais d’envoi que les petits libraires. De plus, qu’est-ce qui empêche Amazon de prendre en charge une partie des frais de port et de n’en faire payer qu’un euro par exemple ?

Ensuite, ce qui à permis à Amazon de construire son empire, c’est de travailler sur ce que l’on appelle la longue traine. Ainsi, la grande force d’un site e-commerce est de pouvoir proposer 24h/24 et 7j/7 des livres introuvables même dans le commerce physique.

Conséquence ?

Si vous recherchez un livre qui ne fait pas partie du Top des Ventes et que votre besoin est urgent, allez vous réellement faire le tour de l’ensemble des petits libraires de votre région pour le trouver ?

En toute honnêteté, et avec tout le respect que je dois à cette profession, la contrainte des quelques euros de frais de livraison imposée aux sites e-commerce n’en est pas une pour moi…

Pour terminer cette article et parce que l’on dit souvent qu’il est bon de terminer par une ouverture, j’aimerai rappeler que le produit le plus vendu de tous les temps sur Amazon n’est pas le livre… Mais la tablette Kindle !

Oui… Oui… Celle qui permet de lire des livres numériques ! Jusqu’à aujourd’hui, les livres numériques étaient proposés à environ 20 à 30% plus chers que leurs homologues papier pour ne pas venir concurrencer frontalement la vente des livres physiques par les petits libraires.

Avec cette loi, je pense que le gouvernement vient d’ouvrir un boulevard aux trois leaders du numérique à savoir Amazon, Google et Apple pour démocratiser le livre numérique. Eh oui ! Il sera difficile de faire appliquer des frais de port sur le livre numérique non ?

Sur ce, sachez que cet article ne fait preuve d’aucune prétention et qu’il est simplement le partage d’une réflexion que j’ai pu avoir. Si vous êtes d’accord ou pas avec ce qui est présenté ici, n’hésitez pas à échanger librement via les commentaires.

Vous trouvez cet article intéressant ? Partagez-le autour de vous !

Informations sur l'auteur

Consultant et Chef de Projet Web, je suis aussi Co-Fondateur de WebZeen. Passionné par le WebMarketing, le référencement naturel, les réseaux sociaux et la mobilité, mon objectif au fil de mes articles sera de vous présenter mon point de vue et d'échanger avec vous sur ces différents sujets. Bonne lecture

4 commentaires - Ajoutez le vôtre

  1. Arthur 8 octobre 2013 à 9 h 10 min

    Quelle nouvelles !

    Merci pour toutes ces informations Mathias. Ca veut dire que maintenant c’est officiel ? (Enfin après publication au JO, etc.)

    Je ne trouve pas si mal le fait de mettre en avant « les petites librairies » mais je n’aime pas forcément la tournure du texte et la tournure que ça prend ;) Et après je pense que ça ne bénéficiera pas forcément « au plus petit »… encore une fois !

    • Mathias 8 octobre 2013 à 11 h 08 min

      Salut Arthur !

      Pour l’instant, cette loi a été validée par les députés et doit encore passer par le Sénat.
      On verra bien les effets, mais tout comme toi, je ne pense pas que cette loi vienne arranger quoi que ce soit… Bien au contraire !

  2. Pascal 23 octobre 2013 à 17 h 03 min

    Bonjour,

    j’ai suivi ce débat avec attention car lecteur assidu en format papier et électronique.

    Mon point de vue est assez basique, je travaille du lundi au vendredi de 8h à 18h, donc impossible de me rendre chez un libraire, qui de toute façon n’aurait pas le livre en stock.

    Je le commande donc effectivement sur amazon.com. La loi va nus obliger, nous les e-consommateur par commodité, à payer plus cher nos livres pour maintenir une cohésion de prix…

    Encore une fois on nous prend pour des lampions et on nous oblige à supporter le coût économique de ce décrêt…

    Je pense que je vais effectivement me tourner vers le livre électronique.

  3. PauvreFrance 5 janvier 2014 à 23 h 49 min

    Bonjour,

    La France est devenue un état communiste où la classe moyenne voit le fruit de son travail (salaire) volé pour satisfaire les plus riches et ceux qui ne savent plus où ils ont rangé leur réveille-matin !

    Et maintenant, taxes après taxes, on veut saborder le commerce sur Internet !

    Pour une fois que le peuple qui travail, pouvait le soir après sa longue journée de travail, passer commande sans devoir courir à la Librairie.

    Après Hadopie qui était là pour punir ceux qui consommaient sans payer, maintenant on veut punir ceux qui veulent acheter sur Internet !

    Même si le prix du livre sera plus coûteux sur Internet, les Libraires n’auront pas plus de client !!!

    Aujourd’hui, le gouvernement en place ne sait plus oû prendre de l’argent alors la moindre chose est prétexte à augmenter les taxes afin de punir le consommateur qu ne fait que tourner l’économie de son pays !!!

    Moi, je ne changerai en rien mes habitudes.

Une question ou un commentaire sur cet article ?

Close
Rejoignez la communauté WebZeen sur les réseaux sociaux !