Les bracelets et montres «connectés», réel atout pour notre santé ?

Montre connectée pour le sport

Les bracelets connectés, tout comme les montres intelligentes, ont envahi les rayons high-tech de nos magasins (un marché français de 340 millions d’euros en 2015). Ces accessoires sont présentés comme de véritables compagnons du quotidien, capables de nous aider à mieux vivre (1,5 objet connecté par français en moyenne). De la surveillance du sommeil au comptage du nombre de bas, en passant par des recommandations alimentaires, que valent vraiment ces produits ? Sont-ils indispensables à votre poignet ? Nous nous livrons ici à une revue complète.

Un objet du quotidien pratique mais parfois envahissant

Les noms des montres ou bracelets connectés ont parfois des airs barbares, presque guerriers. Logique pour des produits qui, pour la plupart, sont vendus avec la promesse de faire de leurs propriétaires des sportifs aguerris. Entre les Moto 360, Samsung Gear S2, Apple Watch, LG G Watch R ou encore Huawei Watch, l’argument « sport » est largement vanté. Logique, car les bracelets / montres sont placés au poignet, et captent ainsi tous vos mouvements. Des étages montés à la distance parcourue, sans oublier votre vitesse et votre fréquence d’activité, ces accessoires connaissent tout de vous. Mais les « données de santé » ne sont plus les seules à apparaître au poignet.

Les montres connectées s’associent avec un smartphone (via le Bluetooth) et deviennent des assistants : les SMS, les notifications Facebook, les appels ou encore le GPS s’affichent. Pratique ? Il faudra tout de même une période pour s’adapter et personnaliser selon vos envies les notifications. Car votre montre peur vibrer très souvent si vous activez toutes les informations… pouvant décharger la batterie en un rien de temps !

Les bracelets connectés bientôt remboursés par les mutuelles ?

Le phénomène existe déjà aux Etats-Unis et arrive en France : des mutuelles d’assurance santé commencent à s’emparer du thème des bracelets et des montres connectés, et proposent même de les rembourser. Les objets connectés intéressent déjà largement le monde de l’automobile, avec des assureurs qui étudient les données associées à certains accessoires pour ajuster leurs primes (l’assurance auto Pay how you drive a été  lancée en France par Allianz en octobre 2015 par exemple). Les bons conducteurs (respect des vitesses limitées, bonne conduite, trajets sûrs) peuvent parfois payer moins cher. Il pourrait bientôt en être de même dans le monde de la santé. Comment ? Les patients qui prennent soin de leur santé pourraient bénéficier de remises.

Il n’est pour le moment pas questions d’accorder un accès aux données personnelles aux professionnels de santé ni aux assureurs. Les initiatives actuelles reposent sur le principe du cadeau et de l’incitation. Les sociétaires qui adoptent un comportement proactif vis-à-vis de leur santé, avec un objet connecté, réduisent leur niveau de risque… et donc le niveau de remboursement théorique. Plus de sport, et une activité surveillée, c’est un risque pour la santé réduit ! Les bracelets et les montres connectés deviennent des outils de prévention. Si vous souhaitez vous informer davantage sur la prévention santé, veuillez consulter la rubrique « Dossier de prévention » du portail MAPA Santé. Un livre blanc du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) préconise d’ailleurs que leur coût soit remboursé par la collectivité. Les complémentaires de santé et/ou l’Assurance maladie pourraient donc rembourser ces produits à l’avenir…

montre connectée

L’utilisation des données de santé, un enjeu clé de la santé connectée

La question des données et de leur utilisation par des tiers revient fréquemment lorsque l’on évoque les bracelets et les montres connectés. Une menace pour le secret médical ? Plusieurs sondages montrent que les français ne semblent pas inquiets à l’idée de partager leurs données médicales avec les professionnels de santé (les médecins en particulier sont jugés comme des tiers de confiance, devant les pharmaciens). Mais quid d’une utilisation des données par les assureurs, pour ajuster les primes ?

Cela serait la fin de la mutualisation des risques, comme l’explique Nicolas Postel-Vinay, médecin (Hôpital européen Georges Pompidou, Paris) dans les colonnes de l’Express.  Il dénonce la « revente en toute légalité aux assurances, qui pourraient moduler leurs contrats en fonction de paramètres nouveaux et mesurables, touchant à l’hygiène de vie des assurés ». Reste qu’avec ce Big Data (le grand volume de données que collectent les bracelets et les montres), l’analyse prédictive des risques pourrait faire un grand pas en avant… et aider au dépistage très en amont de maladies.

Les bracelets et les montres connectés permettent d’aider les personnes qui souhaitent mieux suivre leur activité à prendre le contrôle de leur santé au quotidien. Si certains accessoires sont des gadgets à fuir, certains modèles sont de vrais assistants efficaces. Essayez-les, prenez le temps de bien comprendre les fonctionnalités, pour vous faire votre propre opinion.

Vous voulez changer votre bracelet ou en acheter un ? Lisez le Guide d’achat des bracelets connectés 2017 réalisé par le blog Stuffi pour vous aider à choisir le modèle qui répondra le plus à vos attentes, en cliquant ici.

Smart watch
A propos de l'auteur

"Co-fondateur de WebZeen et consultant en Digital Commerce, je suis avant tout un passionné du Web et nouvelles technologies. Ultra-connecté, un peu Geek et toujours à l'affût de l'actu Digitale, je partage News et réflexions personnelles sur WebZeen à mes heures perdues."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *