займ без процентов

La place des femmes dans les e-Sports

Les e-Sports sont un marché de plus en plus juteux

Le monde des e-Sports ne cesse de grandir, et devient de plus en plus juteux, non seulement pour les développeurs de jeux-vidéo tendance, mais aussi pour les sponsors et le marché publicitaire en général, ainsi que pour des plateformes de streaming comme Twitch qui profitent pour gagner de l’argent grâce à cet énorme public. Dans les grands tournois d’e-Sport, les prix peuvent arriver à plusieurs millions de dollars, et les experts espèrent que le secteur dépasse plus d’1,5 milliards de dollars d’ici 2020. Guidés par des jeux comme Fortnite, PlayerUnknown’s Battlegrounds, Counter Strike ou League of Legends, les e-sports attirent des foules de gens de tous les âges et qui raffolent de jouer ou regarder des parties.  

Des jeux qui ne sont pas simplement masculins

Mais dans une époque dans la diversité et la mixité ont de plus en plus de visibilité, il y a un aspect tape-à-l’œil des spectateurs présents dans les principaux tournois d’e-Sports : il n’y a pas (ou très peu) de femmes qui y participent. Et ce n’est pas par manque d’intérêt. Selon un rapport de la compagnie spécialisée en medias Nielsen, autour de 30% des fans d’e-Sports autour de la planète et 23% de l’audience qui regarde des e-Sports en streaming sont des femmes. Selon des chiffres du site SuperData, 22% des fans d’e-Sports aux Etats-Unis seraient des femmes, et 40% des utilisateurs de jeux-vidéos sont du sexe féminin.

Cela prouve bien que la démographie des jeux-vidéos et des e-Sports ne se limite certainement pas aux hommes. Cependant, dans les e-Sports, les équipes mixes restent rares, et les femmes ne sont pas toujours les bienvenues dans un milieu qui reste dominé par les hommes.

Un manque de mixité

En février 2018, l’Overwatch League, une ligue du jeu Overwatch qui appartient à Blizzard, a annoncé l’arrivée de Kim « Geguri » Se-Yoon à l’équipe Shanghai Dragons, devenant une des rares femmes en e-Sports à jouer au niveau professionnel. Même si ceci a été vu comme un jour historique pour les e-Sports et montre un pas en avant, il s’agit également d’un indicateur de la taille actuelle du problème et de comment la distance à parcourir est encore grande pour avoir une plus grande égalité entre hommes et femmes dans ce domaine.

Disparité hommes femmes

L’écart de rémunération entre hommes et femmes est également impressionnant, et a été estimé avec un chiffre impressionnant de 718%. En faisant une comparaison entre les 500 hommes qui ont le plus remporté d’argent en prix et les 500 premières femmes, les hommes ont une moyenne de 443 276 dollars, et les femmes une moyenne de 3 331 dollars.

Jusqu’en janvier 2018, les trois hommes comptant parmi les plus grands vainqueurs en e-Sports, à savoir Kuro Takhasomi (KuroKy), Amer Barqawi (Miracle) et Saahil Arora (UNiVeRsE), avaient remporté respectivement dans leurs carrières un total de 3 480 788,35 dollars, de 3 061 076, 48 dollars et de 2 937 660,27 dollars. Du côté des femmes, jusqu’à la même date, les trois premières de la liste des plus grandes gagnantes, la canadienne Sasha Hostyn (Scarlett) et les américaines  Katherine Gunn (Mystik) et Ricki Ortiz, avaient remporté respectivement les sommes de 200 693,82 dollars, de 122 000 dollars et de 80 780,18 dollars.

La différence est quand même flagrante : parmi les 100 joueurs d’e-Sports les mieux rémunérés, on ne retrouve aucune femme. Une des raisons signalées pour cette disparité serait que les sponsors et les publicitaires continuent de percevoir ce marché comme étant masculin, et visent donc les hommes lors de leurs pubs et sponsoring lies aux jeux-vidéo.

La plateforme sécurisée de poker en ligne 888Poker compte plusieurs femmes dans son équipe d’ambassadeurs

La plateforme sécurisée de poker en ligne 888Poker compte plusieurs femmes dans son équipe d’ambassadeurs

Exception au poker

Le poker est peut-être une exception dans le monde des jeux en ligne, avec de nombreuses femmes qui montrent leurs talents dans de différentes modalités du jeu, que ce soit dans le Texas Hold’em ou Omaha Hi-Lo. Les grands sites de poker en ligne n’hésitent pas à recruter des femmes pour leurs équipes professionnelles. En juillet de cette année, l’espagnole Ana Marquez est devenue la nouvelle ambassadrice de la plateforme de poker en ligne 888Poker, en rejoignant d’autres femmes qui font partie du site, comme Vivian Saliba, Natalie Hof et Sofia Lovgren. Même si, dans le poker les hommes restent une majorité, il est très habituel de voir des femmes montrer leurs compétences dans ce jeu, que ce soit dans le poker en ligne ou dans des tournois réels.

Intimidation cybernétique

Une des principales plaintes des femmes gameuses, et montrée du doigt comme une des raisons derrière ce manque d’une présence de femmes dans les e-Sports est l’ambiance générale, qui peut parfois être virulente et agressive contre elles, notamment pendant des parties en ligne. « Je dirais que la pire partie de ce travail est l’intimidation cybernétique », dit Stéphanie Harvey (MissHarvey). Selon Harvey, dès qu’elle rejoint des parties en ligne, des commentaires sexistes apparaissent rapidement.

Vers une diversité plus grande

Plusieurs organisations ont été créées pour faire en sorte que les e-Sports et le monde des jeux-videos deviennent plus inclusifs. Stéphanie Harvey a elle-même crée une communauté appelée « MissCliks », qui a comme but d’éduquer les participants a ne pas poster des commentaires offensifs, plutôt que de les exclure des salles de transmission et de jeu. D’autres organisations, comme AnyKey, avec le support d’Intel et de l’Electronic Sports League, ou Women In Games France, sont aussi très actives dans le but de promouvoir la diversité et la présence des femmes dans l’industrie du jeu-vidéo.

Même si beaucoup reste à faire, nous devons admettre que les dernières années ont permis une évolution concernant la mixité et l’inclusion des femmes dans de nombreuses activités. Il reste maintenant que les e-Sports soient les prochains à montrer l’exemple, en corrigeant la disparité qui existe aujourd’hui.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *