Top 5 des virus les plus dangereux de l’histoire de l’informatique

Virus cheval de troie

Il existe plusieurs types de virus informatiques. À l’époque ou internet a vu le jour, les logiciels antivirus n’étaient pas aussi puissants qu’aujourd’hui, provoquant souvent d’importants dégâts sur les machines. Si la liste des différents virus est longue, en voici 5 qui ont causé le plus de dégâts dans le monde.

1. Stuxnet

Ce virus a été utilisé dans le cadre de cyber-attaque. Derrière la mise en place de ce virus se trouvent les États-Unis qui l’ont développé afin de cibler les centrifugeuses iraniennes et perturber leur fonctionnement, provoquant la destruction d’un cinquième d’entre elles. Voici comment fonctionne le virus : il s’agit en fait d’un ver informatique qu’il est possible d’intégrer dans un système Windows, par exemple via une clé USB. Ensuite, le virus commence à infecter en profondeur. Le fichier infecté a la capacité de se reproduire et est apte à se propager dans tout le système internet des appareils connectés. Enfin, il s’installe sur l’un des rootkit dont le rôle est de cacher les fichiers malveillants, ce qui lui permet de s‘exécuter au démarrage et de leurrer les protections anti-virus.

2. Zeus

Zeus est un cheval de Troie qui infecte Windows et dont les conséquences peuvent être désastreuses. Il est destiné à voler des données bancaires par récupération de formulaires, attaques en « man-in-the-browser » ou encore par Keylogger. La majorité des ordinateurs qui ont été infectés l’ont été par le biais de téléchargements ou par Phishing (hameçonnage en français). Identifié pour la première fois en 2009, on constate que Zeus s’est infiltré dans plusieurs milliers de comptes FTP sur des sites de grandes entreprises célèbres comme Amazon, Oracle, Bank of America, Nasa, Cisco etc…

Les hackers qui contrôlent le virus l’utilisaient afin de récupérer des identifiants sur les réseaux sociaux, les adresses de messagerie électronique ou encore les sites qui permettent d’accéder aux comptes bancaires.

3. MyDoom

C’est le 26 janvier 2004 que MyDoom a créé une onde de choc dans le monde entier en se propageant dans plus de 2 millions de PC par une attaque de déni de service, le tout-en-un laps de temps très rapide. Ce virus se répand par e-mail. Une fois le courriel ouvert, il se télécharge et « vole » tout le carnet d’adresses de l’ordinateur infecté.

Les dommages estimés par ce virus sont estimés à 38 millions de dollars (28 millions d’euros).

4. Code Red

C’est en 2001 que ce virus a vu le jour. Lui n’a pas besoin que vous ouvriez un e-mail ou que vous exécutiez un fichier pour se propager dans votre système, une simple connexion internet suffit. On sait que l’on est infecté lorsqu’apparaît sur l’écran le message suivant : « Hacked by Chinese ! » après le lancement d’une page. En moins d’une semaine, il a réussi à se propager dans pas moins de 400 000 serveurs dont celui de la Maison Blanche. Les dégâts sont estimés à 2,6 milliards de dollars avec l’infection de pas moins de 1 million de PC.

5. Sasser

Sasser est un ver informatique dont les premières infections ont eu lieu en 2004 et qui s’attaque principalement au système d’exploitation Windows. Ses dégâts sont aujourd’hui estimés à 18 milliards de dollars. Une machine infectée télécharge un programme qu’elle exécute automatiquement à l’insu de l’utilisateur. Ce programme va ensuite chercher dans le réseau les machines susceptibles d’être contaminées et s’y propage lorsque c’est possible. En fait, ce ver exploite une faille du service LSASS (Local Security Authority Subsystem Service, correspondant à l’exécutable lsass.exe) de Windows.

Le virus a notamment touché le système informatique d’hôpitaux, d’agences de presse, de transports publics ou encore de compagnies aériennes.

A propos de l'auteur

"Co-fondateur de WebZeen et consultant en Digital Commerce, je suis avant tout un passionné du Web et nouvelles technologies. Ultra-connecté, un peu Geek et toujours à l'affût de l'actu Digitale, je partage News et réflexions personnelles sur WebZeen à mes heures perdues."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *