займ без процентов

Appareils connectés, mort imminente ?

Selon L’ANSSI, la course aux appareils connectés aurait des conséquence néfaste. En effet, les développeurs auraient tendance à léser les aspects de sécurité de leurs nouveaux appareils.

A l’occasion du Forum international de la cybercriminalité de 2016, l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information a mis en avant les dangers des appareils connectés. Ces nouveaux objets high-tech se multiplient rapidement au dépend du développement pour faire face à la concurrence sur le marché.  La qualité du code laisse donc à désirer, ce qui crée des risques au niveau du fonctionnement et de la sécurité.

Depuis des années, les chercheurs en sécurité n’arrêtent pas d’alerter le publique en analysant les bracelets, montres, webcams, jouets, etc… Afin d’exposer les risques de ces appareils connectés. En exemple : la poupée connectée Barbie qui serait à parement victime de 14 failles de sécurité.

appareils connectés

Les analystes inquiétés par les développements des appareils connectés.

Selon Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, la situation semblerait préoccupante dans le domaine de la santé. « La santé numérique va avoir un impact absolument incroyable. Par contre, avec les yeux de l’informaticien expert cyber, c’est juste effrayant. Quand on voit la quantité d’informations récoltées, quand on voit l’action que tout cela peut avoir sur les patients, il y aura des morts demain », estime-t-il. Pour autant, il ne s’agira pas nécessairement d’assassinats ciblés, mais plutôt de dégâts collatéraux, dans la mesure où « ces appareils vont se faire polluer par des attaques qui ne leur étaient pas destinées ».

Comment éviter un tel scénario ? Il faudrait commencer par la sensibilisation des développeurs de ces appareils connectés. « Il faut aller voir ces gens-là et leur expliquer qu’à défaut d’une bonne sécurité, leur produit ne sera rien de plus qu’un feu de paille. C’est un discours qui marche très bien avec certains, d’autres font encore un rejet quasi-idéologique », poursuit Guillaume Poupard.

L’ANSSI promet également une implication plus directe. « Sur la voiture connectée, on sera beaucoup plus regardant », souligne le directeur général.

A propos de l'auteur

Dans le cadre de leur formation, WebZeen offre la possibilité à des étudiants d'écrire sur cette plateforme. L'article que vous consultez en est l'un d'entre-eux. N'hésitez pas à donner votre avis sur ce contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *