займ без процентов

Pourquoi Free souhaite-t-il bloquer les publicités des sites internet ?

Hier, vous avez certainement entendu parler de la dernière mise à jour du Server de la Freebox Révolution. Au premier abord, il s’agissait d’une mise à jour des plus banales… En apparence seulement !

En effet, le fournisseur d’accès à internet en a profité pour intégrer une toute nouvelle fonctionnalité permettant de bloquer les publicités des sites internet sur lesquels nous naviguons. Et afin de faciliter l’utilisation de cette fonctionnalité, sachez qu’elle est activée par défaut et sans que l’utilisateur en soit prévenu. C’est notamment ce dernier point qui a fait grand bruit et qui a créé un véritable tollé auprès des éditeurs de sites internet qui vivent de la publicité.

Ce midi, j’ai donc eu l’occasion d’échanger avec Morgan sur ce sujet (oui, nous adorons débattre et échanger sur notre vision du futur du web) et nous nous sommes demandés pourquoi Free souhaite-t-il installer cette fonctionnalité et la proposer aux possesseurs de sa  Freebox Révolution ?

Après près d’une heure de suppositions et de réflexion, nous en sommes venus à une réponse peut-être loufoque au premier abord mais que nous souhaitions partager avec vous. Nous vous mettons en garde sur le fait que cet article est uniquement le fruit d’une discussion entre nous et qu’il vise à pousser à la réflexion sur ce que Free pourrai selon nous, mettre en place via le bloqueur de publicités de sa Freebox Révolution. Néanmoins, n’hésitez pas à nous faire part de votre avis sur ce dernier via les commentaires.

Free n’est pas une entreprise qui lance une offre ou une fonctionnalité sans raison !

Tout d’abord et autant être tout à fait clair avec vous, nous ne pensons pas que Free soit le genre d’entreprise à lancer des fonctionnalités pouvant avoir un tel impact sans avoir une idée en tête. Si nous revenons un an en arrière, le lancement de Free Mobile et de ses forfaits à prix cassés a permis à ce nouvel opérateur de trouver rapidement une place sur le marché de la téléphonie mobile qui était dominé par les 3 opérateurs historiques.

A coup de tarifs ultra-agressifs et d’une politique de communication du même acabit, Free a réussi à bouleverser un marché et a forcé la concurrence à revoir toute son offre dans un laps de temps très court. Bilan ? Près d’un an après la sortie de ces forfaits, Free Mobile détiendrait un peu plus de 6% de parts de marché et plus de 4 millions d’abonnés. Pas mal non ?

Alors, lorsque Free sort un nouveau produit, il est clair et net que l’idée n’est pas de faire les choses à moitié.

Acte 1 : L’enjeu de la publicité en ligne

Les derniers chiffres sont sans appel, alors que la publicité sur les médias traditionnels souffre, la publicité en ligne affiche une arrogante progression par rapport à ces autres supports publicitaires. On parle d’ailleurs d’une hausse de 12% des investissements au premier semestre 2011 et d’une hausse de  6% des investissements au premier semestre 2012, soit 1.3 milliard d’euros dépensés par les annonceurs. (Source : Journal du Net)

De plus, il ne faut pas oublier qu’entre temps, nous avons pu assister à une explosion des ventes des smartphones et autres tablettes sur lesquels les investissements publicitaires vont exploser d’ici les prochaines années.

Une fois ces éléments en tête, revenons un peu à Free… Nous vous avons donc annoncé au début de cet article que Free avait installé une fonctionnalité permettant de bloquer la publicité de l’ensemble des sites visités par un possesseur de Freebox. Alors on peut donner plusieurs raisons à Free qui pousse ce fournisseur d’accès à proposer ce « service » :

  • Répondre à une attente des utilisateurs : Pourquoi pas ? Cependant, si la publicité était un vrai problème pour les utilisateurs, ces derniers utiliseraient une solution existante et tout aussi efficace que cette fonctionnalité. On peut notamment citer le plugin AdBlock qui doit être bien connu de bon nombre d’internautes.
  • Limiter la consommation de la bande passante : Nous n’avons jamais autant consommé d’informations et de médias sur internet. Sauf que l’ensemble des contenus que nous consultons représentent des quantités de données colossales. On peut supposer que Free souhaite limiter le nombre de données qui transitent en supprimant la publicité des sites internet. Une bonne action pour l’internet mondial et pour limiter les investissement sur son réseau ?
  • Free souhaite venir taquiner Google : Il y a quelques temps déjà, Free et Google étaient en conflit pour savoir lequel des deux devait investir pour prendre à sa charge le différentiel de bande passante généré par la consommation de vidéos en ligne (Source : Numerama). Ce dernier point semble plus plausible et l’on peut penser que Free souhaite faire pression sur Google dont la principale source de revenus reste la publicité. Et l’on sait très bien que lorsque l’on vient à taper dans le porte-monnaie de quelqu’un, il y aura forcément une réaction à attendre…

De ces trois possibilités, nous avons poursuivi notre réflexion sur la dernière et nous avons poussée l’idée encore plus loin. Vous êtes d’accord avec nous pour dire que ce qui « gère » la connexion internet dans nos foyers, ce sont les box mises à disposition par les fournisseurs d’accès à internet comme Free ?

Ces box servent donc de passerelle entre internet et les utilisateurs qui naviguent sur les sites internet. C’est notamment en proposant son propre matériel et en ayant la main mise sur ce dernier que Free a pu proposer un système bloquant les publicités.

Alors imaginons qu’au lieu de supprimer purement et simplement les publicités, Free décide d’ajouter ses propres publicités en lieu et place de celles existantes ? Par cette idée, Free pourrait devenir une régie publicitaire qui aurait la main mise sur les publicités de l’ensemble des sites internet visités par ses clients.

Nous aurions ainsi une régie publicitaire qui connaitrait parfaitement les habitudes de navigation et d’achat des consommateurs, pour peu qu’ils disposent d’une Freebox. Dans notre projection, Free  pourrait venir concurrencer le système de publicité Google AdSense et venir négocier directement avec les éditeurs de contenu. Dans ce schéma, nous supprimons un intermédiaire et nous pourrions potentiellement augmenter les revenus perçus par les éditeurs de contenu.

De plus, avec la démocratisation des appareils connectés à internet,  Free pourrait alors maitriser l’ensemble de l’affichage publicitaire sur les ordinateurs, smartphones et autres TV accédant à internet via sa Freebox.

Acte 2 : L’enjeu des données en ligne

L’autre point stratégique pouvant être exploité par Free n’est autre que les données de ses utilisateurs. Ce qui nous a mis la puce à l’oreille est le blocage du tracking Google Analytics par le fournisseur d’accès à internet.

En effet, Free pourrait décider d’exploiter les données de ses utilisateurs (habitudes de navigation, sites visités, publicités cliquées) dans le but de les fournir aux entreprises prêtes à payer pour. On parle depuis quelques temps maintenant de la révolution « Big Data ».

Pour rappel, chaque jour 2,5 trillions d’octets de données sont générés dans le monde (Source : Nouvel Observateur), il y a maintenant un énorme enjeu pour traiter ces données et les exploiter.

Cependant, la « matière première » est ce qu’il y a de plus important et Free serait alors en mesure de proposer des données ultra-qualifiées (Identité, Géolocalisation, habitudes de navigations…) aux entreprises qui le désirent. Et lorsque l’on sait que l’on est depuis quelques années dans la personnalisation voire l’hyper personnalisation de l’offre, les annonceurs seraient en mesure de proposer en temps réel les produits recherchés par les consommateurs.

Acte 3 : Proposer le premier abonnement à internet gratuit (ou presque)

Vous allez nous dire que c’est bien beau de séduire les annonceurs, mais le plus intéressant reste de convaincre le consommateur ! Nous ne pouvons qu’être d’accord avec vous et c’est pour cela que nous pourrions penser que Free puisse faire une énorme annonce.

Aujourd’hui, le marché des box internet se stabilise et on assiste depuis quelque temps à une homogénéisation de l’offre. Le gros coup que pourrait faire Free, serait de faire une annonce « coup de poing » à l’instar de ses forfaits mobile, en proposant un accès à internet seul gratuit ou à moins de 10 euros pour une offre couplant internet, téléphonie et télévision.

Le financement de la différence serait assuré par le montant généré par le système de publicité évoqué précédemment.

Lorsque l’on fait le calcul, un abonnement à internet coûte près de 500 euros par an au consommateur… Par les temps qui courent, qui serait contre l’économie de quelques euros ?

Histoire de parachever le tout, on pourrait s’attendre à une annonce dont Xavier Niel en a l’habitude, à coup de « Pigeons », « Free seul contre la crise »… J’en passe et des meilleures.

Alors oui, nous avons poussé notre réflexion loin… très loin même… Peut-être même que nous nous plantons totalement et que Free souhaite tout simplement bloquer les publicités sans une seule arrière-pensée… 

Mais lorsque l’on sait que cette fonctionnalité est arrivée de nulle part et dans un contexte où le modèle publicitaire est souvent remis en cause, il est difficile à croire que Free n’y a pas vu une opportunité à saisir.

Avec cet article, nous souhaitions vous proposer des pistes de réflexion par rapport à ce que nous pensons de cette actualité. Cette projection étant purement personnelle n’hésitez donc pas à nous faire part de vos retours et avis argumentés.

A propos de l'auteur

Consultant et Chef de Projet Web, je suis aussi Co-Fondateur de WebZeen et créateur du Collectif de Freelances Doogether. Passionné par le WebMarketing, le référencement naturel, les réseaux sociaux et la mobilité, mon objectif au fil de mes articles sera de vous présenter mon point de vue et d'échanger avec vous sur ces différents sujets. Bonne lecture

5 commentaires


  • commenter

    Bonjour Mathias,

    Article et réflexion intéressante quand on la lit jusqu’au bout, cependant la question des éditeurs n’est pas posé. De quel droit free peut-elle se donner la permission de supprimer la source de financement de nombre d’acteurs du web ? Free a t-elle le droit de supprimer des informations (encarts pub) sur un site, la question de la légalité de cette opération ne doit-elle pas être posée ? Free n’est-elle pas entrain de rendre gratuit des contenus qui ne le sont pas réellement (car existant grâce à la publicité). Cette mesure ravira certainement un grand nombre de consommateurs free, mais l’entreprise ne va t-elle pas se mettre les professionnels du web à dos, cela semble être déjà le cas… Une opération gonflée, à suivre…

    Pierre 4 janvier 2013 Répondre


    • commenter

      Bonjour Pierre,

      En effet, la question des éditeurs n’est pas posée. Personnellement, j’estime que tout travail mérite salaire et cette suppression pure et simple est en train de créer un tollé auprès des professionnels du Web.

      Ensuite, la question de la légalité se fait selon moi sur deux point :
      1) Free peut-il mettre en place un dispositif permettant de ne pas afficher ces publicités ? Difficile à répondre tant les réponse que l’on peut voir à gauche et à droite sont floues concernant AdBlock par exemple
      2) Free peut-il activer par défaut un dispositif permettant de ne pas afficher ces publicités ? Ici j’en suis beaucoup moins sûr. Activer par défaut une fonctionnalité qui modifie l’affichage d’un site internet et sans en prévenir l’utilisateur me parait limite…

      Enfin, on touche au problème de la gratuité sur internet. Pour beaucoup d’utilisateurs lambda, internet c’est gratuit ! On y trouve de la musique, des vidéos des informations sans payer et sans que ce soit forcément illégal. Cependant, ce qui fait que ce contenu est au premier abord gratuit c’est que ces services sont bien souvent financés par la publicité.

      Ce qui est ici intéressant c’est que l’on va enfin pouvoir faire comprendre au consommateur que rien n’est gratuit et même sur internet. J’espère d’ailleurs que les grands médias évoqueront ce point…
      Concernant les éditeurs, il y aura peut être une prise de conscience que les moyens de rémunérer un site doivent évoluer ? Verra-t-on arriver des systèmes d’abonnement comme certains journaux en ligne ont mis en place ? Difficile à dire mais je pense que ça risque d’évoluer également à ce niveau là.

      Attendons de voir la réaction de Free dans un premier temps et la justification de cette fonctionnalité auprès des éditeurs…

      Mathias 4 janvier 2013 Répondre


  • commenter

    Effectivement, il serait intéressant que free communique un peu… Concernant l’évolution des modèles, avouons tout de même les systèmes d’abonnement payant ne peuvent s’appliquer à tous les sites, si l’idée semble intéressante, en réalité, ce serait « la mort » de milliers d’acteurs. De manière générale, je préfère surfer sur un site en accès gratuit qui n’abuse pas sur la pub plutôt que de payer 1 euro par mois à la cinquantaine de site que je consulte régulièrement. Car si c’était le cas au final, le consommateur free serait-il vraiment gagnant ? Il économise sur l’abonnement free mais doit payer les éditeurs en direct… (si je reprend la réflexion exposée, alors au final l’économie est à nuancer pour l’internaute, le gagnant serait surtout free)

    C’est à l’internaute de faire ses choix de surfer ou non sur certains sites avec de la pub, mais pas à free de le faire pour lui… La semaine à venir sera certainement très intéressante à suivre… , en espérant que Webzeen continue de traiter le sujet de manière différenciante.

    Pierre 4 janvier 2013 Répondre


  • commenter

    Article très intéressant, vous avez beaucoup de réflexion. Moi j’adore free ce sont les seuls à taper le poing sur la table comme ça et je trouve que les pubs il y en a beaucoup trop sur le web et c’est Google qui en a le monopole pour la plupart. C’est à prendre comme un avertissement pour tout le monde. Bravo free.

    laracha4400 5 janvier 2013 Répondre


  • commenter

    Bonjour a tous.
    Tout d’abord merci pour cet article, juste un message pour moi aussi donner mon avis.
    Je rejoins laracha4400 sur son raisonnement, J’adore Free qui sont les seul a taper du Poing sur la table. Je vous rappel qu’avant leurs arrivé pour un abonnement illimité il fallait déboursé environs 80€ alors que aujourd’hui on a le même pour 20€ ce qui a obligé les grands opérateurs à revoir tout leur abonnements à la baisse. Ce qui prouve bien que pendant des années ils nous ont belle et bien pris pour des pigeons… Je pense aussi que comme tu dis  » ils font rien au hasard » si ils veulent bloquer les pubs ce n’est pas pour rien, Google a le monopol avec Adsence. Puis quand on regarde une vidéo sur YouTube ils nous mettent leurs publicité à la C** qu’on ne peut pas passer. Ça serait plutôt une bonne chose même si free veut les remplacer pas leur propre pubs je jouerai le jeu… PS: j’ai free en abonnement téléphone et box et j’en suis très heureux

    Amaury59 11 janvier 2013 Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *